Quelles sont les huit branches du yoga ?

De plus en plus, la pratique de l’Asana, ou les poses physiques que nous comprenons comme yoga, est aliénée de la source même de sa conception, sa raison d’être et son fondement moral, éthique et philosophique. Pourtant l’Asana n’est pas la seule branche, car en tout il y a huit branches dans le yoga.

C’est peut-être parce que la pratique moderne a séparé le papier d’emballage métaphorique du cadeau lui-même, en interchangeant les deux et en prenant le papier d’emballage au lieu du cadeau.

La plupart des pratiquants de yoga ont entendu parler des huit branches du yoga : Yamas, Niyamas, Asana, Pranayama, Pratyahara, Dharana, Dhyana et Samadhi.

Ces huit branches font partie intégrante l’un de l’autre : elles ne sont ni dispensables ni séparables.

Pourquoi, alors, Asana reste-t-il la pièce maîtresse de l’expérience moderne du yoga ? Pourquoi sont-ils compris comme une progression sur le chemin du yoga, alors qu’en fait ils sont un composite et font partie d’un tout organique ?

Yamas

Les cinq Yamas sont les suivants : Ahimsa, ou non-violence, Satya, ou vérité, Asteya, ou non vol, Brahmacharya, ou se déplacer en Brahman (infini), et Aparigraha, ou non-accumulation.

Ces cinq principes sont de nature universelle, sans exception. Une partie intrinsèque des valeurs humaines et un code de conduite éthique. Leur compréhension et, plus important encore, leur incorporation, changent toute la texture de notre pratique physique.

Niyamas

Niyamas peut être compris comme la culture de soi. Il y a cinq Niyamas : Shaucha, ou pureté physique, Santosha, ou contentement, Tapas, ou endurace, Swaadhyaaya, ou étude personnelle, et Ishwara Pranidhaana, ou dévotion au Divin.

Asana

Asana est largement compris comme la totalité du yoga. Les Yoga Sutras définissent les Asanas comme étant ce qui est stable et confortable. Encore une fois, pour reprendre les mots du gourou Sri Sri Ravi Shankar, « Ressentir le corps, lâcher l’effort et expérimenter l’infini, c’est Asana ».

Pranayama

Au Pranayama, nous comprenons la dimension du souffle. Différentes techniques de Pranayama sont décrites par Patanjali dans les Yoga Sutras.

Au niveau fondamental, les inhalations et les expirations sont contrôlées selon un certain rythme ou schéma.

Un bon exemple en est la technique de respiration Kriya Sudarshan enseignée par Art of Living qui a aidé à apporter une plus grande clarté mentale et un bien-être physique à des millions de personnes dans le monde.

Patanjali a souligné que le Pranayam devrait être exploré avec des conseils appropriés, comme ils éclaircissent le rideau autour de la lumière – prakash avanaram.

Pratyahara

Pratyahara est la toile intérieure, la référence du monde intérieur et l’incitation des sens à se retirer vers l’intérieur.

Elle est fondamentale pour cultiver une pratique qui n’est pas rejetée par les fluctuations externes du corps, des sens et des circonstances. Diverses méditations guidées sont utiles pour inviter l’esprit à plonger vers l’intérieur.

Dharana et Dhyana

Dharana et Dhyana sont parfois considérés comme interchangeables. Alors que la méditation est devenue populaire même en dehors du domaine du yoga, le concept de Dharana, qui est l’attention pointée singulière de la méditation, a été prescrit par un professeur en fonction des besoins de l’individu et de son progrès sur le chemin du yoga.

Dharana et Dhyana sont intimement liées au Pranayama, un bon exemple de pourquoi aucun branche de yoga n’est séparé de l’autre.

Samadhi

Samadhi, ou l’état de félicité ultime, a longtemps été considéré comme un but trop élevé pour l’homme ordinaire.

Ceci élimine la possibilité pour nous de nous épanouir sur le chemin du yoga. Chaque moment où nous nous sentons un avec le moi infini est un moment de Samhadi.

Ce qui est vraiment profond est étonnamment simple. Lorsque notre expérience est obscurcie, notre compréhension est également floue.

Si votre seule expérience du yoga est de transpirer dans une pièce chaude, alors l’occasion d’une expérience plus profonde et la compréhension diminue.

Le don du yoga est l’occasion d’expérimenter l’être tout entier, pas seulement le corps. Pourquoi se contenter de moins ?

Selon Yogi Krishan Verma, directeur de Sri Sri Yoga Training au Art of Living Retreat Center, « Vous êtes plus que le corps ».

Bien que cela puisse sembler un objectif noble, l’expérience montre qu’il est simple et qu’il apporte un changement sismique à la façon dont nous pratiquons.

Au niveau de base, lorsque les émotions sont obscurcies ou que l’esprit est dispersé, le corps le reflète aussi. Le corps et la pratique physique ne sont qu’un branche du yoga. Pourquoi prendre le rôle dans son ensemble ?

Quand nous nous déplaçons à travers les huit branches du yoga comme un tout dynamique, la pratique se divise pour révéler notre vrai moi. Tout conflit et dualité se déplace pour illuminer la lumière que nous sommes.

Comme l’explique le gourou Sri Sri Ravi Shankar, « Quand un corps se développe, tout le corps se développe ensemble. Simultanément, tous les aspects, tous les branches du corps se développent. »

Les huit branches du yoga ne sont que cela – des branches dans le corps du yoga. Cette prise de conscience est un cadeau que nous déballons avec un sentiment de crainte et d’émerveillement !

Cet article a été publié à l’origine sur artoflivingretreatcenter.org/blog. Il a été traduit par mes soins avec leur permission.

Découvre mes Guides hyper détaillés